Réunion Zoom DV du 06 août : Qui est Baguett ?

08 Aout 2020

Zoom DV

Animateur : Aleksin

Participants : Philippe, Chantale, Danyel Waro, Jean Cabaret, Patrice Treuthardt.

Thème : Baguett

La compagnie Koméla en deuil (17 oktob 2000)
Il a lutté pendant plusieurs mois contre le mal qui l'a frappé brutalement alors que son festival Tempo célébrait en beauté une décennie de spectacles d'images, d'ombres et de marionnettes au cœur de la cité saint-leusienne. Patrick Huguet, plus connu à la Réunion sous le surnom de Baguett' s'en est allé vers un monde que tous espèrent meilleur et où sa lutte contre l'intolérance, la violence et les petites mesquineries de la vie devrait trouver enfin le répit.

L'univers artistique de la Réunion vient de perdre l'un de ses comédiens les plus engagés qui a consacré sa carrière à défendre bec et ongles ses convictions d'humaniste et d'artiste pour donner à son île des raisons de croire en son potentiel de créativité. Si les marmailles ont reçu de lui plus qu'aucun autre acteur ici leur a jamais donné, leurs aînés ont pu apprécier la ténacité de cet enfant trop grand qui n'a jamais renoncé à préserver le monde de magie que tant d'adultes oublient.

Baguett' et sa taille de géant avait sans doute le cœur assorti pour continuer à se bagarrer contre vents et marées, afin de donner en marge du registre de prestige de la dramaturgie des lettres de noblesse au théâtre pour enfantrs.

LA DÉCOUVERTE DU MONDE DES ARTS.

Né dans les bas de la Rivière-Saint-Denis dans ce qu'il est convenu de baptiser un quartier défavorisé et privé de culture, Patrick Huguet a découvert un autre monde en fréquentant la MJC de Chateau-Morange à l'âge de 12 ans. Il figurait alors parmi les premiers adhérents et apprit là les rudiments de l'expression corporelle et de la pratique artistique. Un univers qui l'a tout de suite séduit et où il s'est senti en harmonie particulièrement avec la poésie, le mime et le théâtre, dégustant déjà les textes d'auteurs comme Prévert ou Alphonse Allais. A 14 ans, les premières tournées décentralisées dans l'île lui inoculèrent le goût du voyage qu'il ne put assouvir que bien des années plus tard.

CHAMPION DE BASKET : C'est avec le sport qu'il a réellement pu s'affirmer, sa haute taille n'étant sans doute pas étrangère à ses exploits en basket dont il devint rapidement l'un des champions de la Réunion.

Mais Baguett' n'en oubliait pas pour autant son goût pour la pratique artistique et au sortir de l'adolescence il se lança dans l'artisanat avec la fabrication de bijoux et décida avec ce viatique de partir à la rencontre de l'Europe, de Madagascar et de l'Afrique. Un bout de route qui lui a ouvert des horizons et sans doute confirmé ses aptitudes à créer. En 82, Baguett' était de retour dans l'île et trouvait sur sa route sans hasard celui qui lui permit de trouver réellement sa voie. Le marionnettiste Jean-Loup Temporal, qui lui a appris les ficelles du métier. Avec son castellet, explorant toutes les techniques du métier, Baguett' s'est fait baladin pour aller dans toute l'île à la rencontre du jeune public. Les débuts d'une longue histoire de connivences avec les enfants qui donna naissance à Koméla. Une compagnie itinérante qui s'est donnée pour mission d'aller porter les ferments de la culture là où elle était exclue.

LES FICELLES DE LA MANIPULATION : Enchaînant les créations pendant une douzaine d'années, la troupe a fini par se professionnaliser avec à sa tête l'un des comédiens les plus militants que la Réunion ait pu compter. Baguett' était toujours là pour s'engager, prendre part aux débats et dénoncer les dysfonctionnements de la politique culturelle, les abus de pouvoir, l'hypocrisie, les dérives de la société, les guerres ou les injustices comme celles qui frappent le peuple tibétain pour lequel il a entrepris de militer avec sa compagne Chandra Pellé. C'est avec elle aussi et quelques bénévoles qu'il a lancé en 90 le premier Tempo rassemblant dans son petit théâtre de Saint-Leu un échantillonnage international des manipulateurs de marionnettes.

UN ENGAGÉ DE LA CULTURE

Un événement que Baguett' et Chandra ont réussi à pérenniser jusqu'à cette année 2000 en lui donnant au fil du temps l'ampleur qui fait sa renommée. L'opiniâtreté de Baguett' a fait ses preuves, tout autant que son investissement pour les bonnes causes par amour pour l'humanité et par exigence de tolérance et de respect, moteurs de ses actions, sans jamais renoncer même quand les subventions lui étaient refusées et qu'il devait se démener pour préserver son outil de travail. Il n'a cessé de revendiquer pou les artistes le pouvoir d'être eux-mêmes et de recevoir les moyens de travailler.On avait eu le plaisir de voir cette année Baguett' intervenir par deux fois sur la scène du Grand Marché comme acteur des lectures scéniques organisées par le CDR. Un registre bien différent de celui auquel il nous avait habitués et qui a révélé une assurance théâtrale très remarquée, notamment dans son interprétation de l'oeuvre de Carl de Souza, "La maison qui marchait vers le large". Une performance réussie qui laissait augurer une dimension plus accomplie des talents de comédien de ce Baguett' décidément surprenant. Son dernier spectacle au festival Tempo, "Bag So", a également révélé en version minimale et intime toute son originalité et son humour. Il réservait à chaque spectateur en solo une performance de 21 secondes. Le plus court des spectacles du plus grand des comédiens. Un clin d'oeil qui sonne aujourd'hui comme une ultime pirouette avant d'accomplir le grand saut vers l'au-delà.

Sa mort : Une mort presque sur scène. Baguett’, l’immense artiste, au sens propre comme au sens figuré - il mesurait 2,10 mètres - est victime d’un accident cardio-vasculaire en pleine Fèt dann somin, la traditionnelle parade du Tempo qu’il a lui-même conçue pour clôturer le festival. Il décèdera quelques mois plus tard, en octobre 2000. Il n’avait que 44 ans.

Tout a commencé au Tampon où Patrick Gérard Huguet – il ne s’appelait pas encore Baguett’ – a fait ses armes au théâtre de marionnettes avec Véronique Hermitte et Emmanuel Camboo. Puis, Baguett’ s’est installé à Saint-Leu et a créé, avec sa compagne Chandra Pellé, le festival Tempo, en 1986.

Pour lui rendre hommage, l’édition 2013 du Leu Tempo commence par un Gran Kabar Baguett’ piloté par Danyèl Waro et Sergio Grondin, artiste associé du Séchoir qui va, par ailleurs, présenter sa dernière création, Kok Batay, récit épique et intime. Beaucoup d’artistes réunionnais ont débuté aux côtés de Baguett’ ou se sont produits grâce à lui. Ils feront la fête, conviant le public à se joindre à eux pour célébrer l’âme d’un grand artiste. Un festival dans Leu Festival !

Enregistrement de la réunion

Pour tous ceux qui n'étaient pas présents et pour ceux qui veulent réécouter :