La Pétanque

Introduction: 

Nous devions mettre en place cette nouvelle activité au mois d'avril, mais le confinement en a décidé autrement.
Nous vous préviendrons dès que nous pourrons nous retrouver sur les boulodromes pour tester cette nouvelle activité.

Mise en place de la pétanque adaptée pour les déficients visuels au comité AVH Réunion OI

La pétanque adaptée pour les déficients visuels est un sport reconnu par la fédération handisport et pratiqué par certains comités régionaux de l’AVH en métropole.

La pétanque, tout le monde connaît, elle a un côté convivial et ne demande pas de condition physique particulière. Le fait qu’elle puisse être adaptée pour les personnes déficientes visuelles nous a semblé intéressant car c’est le genre d’activité qui peut permettre de toucher d’autres personnes que les randonneurs mais aussi qui peut sensibiliser le grand public.

La pétanque adaptée : c’est quoi

C’est un jeu de boules comme la pétanque « classique » qui se joue par équipe ou en individuel mais avec quelques aménagements pour que voyants et déficients visuels se retrouvent et jouent ensemble.

Il y a besoin d’un terrain adapté, d’un gabarit et d’un pas de tir perceptible. La façon de compter les points est différente. Un navigateur aide les joueurs à se placer et un arbitre assure le bon déroulement du jeu. Le port de lunettes occultantes est obligatoire pour que les joueurs soient tous dans les mêmes conditions de jeu.

Pétanque adaptée, terrain et joueurs

Le terrain

On peut jouer sur un boulodrome, dans une salle, ou sur n’importe quelle surface, à condition que le terrain soit le plus plat possible.

Le terrain fait 7 m sur 3,50 m, sa surface est plus petite que celle utilisée pour la pétanque « classique ».

Pour que le déficient visuel puisse jouer, il doit pouvoir « visualiser » le terrain afin de situer le cochonnet et adapter son geste en lançant sa boule. On va donc se baser sur le principe de la bataille navale et partager le terrain en 49 cases. Les colonnes sont nommées par les lettres A, B, C, M, X, Y, Z et les rangs par des chiffres de 1 à 7.

Nous avons opté pour une bâche sur laquelle nous avons collé des bandes adhésives.

Le gabarit

C’est la représentation à l’échelle du terrain. Il permet au joueur de se représenter le terrain mais aussi et surtout de situer le cochonnet puis les boules que l’on positionne au fur et à mesure de l’avancée du jeu.

Nous avons utilisé un tableau magnétique sur lequel nous avons collé un tableau en carton (échelle 0,8), les cases ont été évidées pour être senties au toucher. Les boules et le cochonnet sont des aimants de taille différente.

Le pas de tir

Il permet au joueur de s’orienter face au terrain et de se placer toujours de la même façon. Il se fixe à la base du terrain au milieu, donc en dessous de la colonne M.

Il est fait d’une planche en bois de 50 cm de large pour correspondre à la taille de la colonne M. Des tasseaux placés sur les bords latéraux, le devant et au milieu permettent au joueur de caler ses pieds.

Déroulement du jeu

Une partie se joue en cinq manches. Les points sont attribués à chaque joueur en fonction de la position de sa boule par rapport au cochonnet.

Les joueurs mettent leurs lunettes qu’ils ne pourront pas enlever avant la fin de la partie.

L’arbitre place le cochonnet en M4 (milieu du terrain). Lors des manches suivantes, le cochonnet sera lancé par le premier joueur.

Le navigateur place le premier joueur sur le pas de tir et lui présente le gabarit avec le cochonnet placé.

L’arbitre donne le signal en disant « jeu ».

Position et points :

  • But : 25 points si la boule touche le cochonnet.
  • Placée ou carreau : 15 points si la boule est dans la case où se trouve le cochonnet.
  • Approche : 5 points si la boule est dans une case adjacente à celle du cochonnet.
  • Terrain : 1 point si la boule se trouve dans une case non adjacente à celle du cochonnet.
  • Sortie : 0 point si la boule sort du terrain.